Production

Fête de la musique : Angers organise un événement virtuel

Par Thomas Corlin | le | Diffusion, booking

Pour contourner les restrictions sanitaires en vigueur jusqu’au 22 juin, la Ville d’Angers propose une fête de la musique sans public diffusée en direct - notamment dans les bars - depuis son Grand Théâtre.

Des artistes prévus à Tempo Rives (ici, édition 2019) joueront à la fête de la musique.
Des artistes prévus à Tempo Rives (ici, édition 2019) joueront à la fête de la musique.

« On n’imaginait pas ne rien faire », insiste Nicolas Dufetel, adjoint à la culture et au patrimoine à la Ville d’Angers. « Certes, ce n’est pas vraiment la fête, mais nous voulions faire un geste symbolique et soutenir les artistes locaux. » Ainsi, en respect des restrictions sanitaires qui ne seront levées que le 22 juin, la Fête de la Musique 2020 d’Angers prendra la forme d’une série de concerts de 30 minutes dans le Grand Théâtre, diffusée en ligne sur YouTube et retransmise dans des cafés participants. 

La programmation a été assurée par différents prescripteurs locaux (dont l’ONPL, le Chabada ou l’association Pai Pai) et se fait sous le parrainage de trois artistes (Titi Robin, Bertrand Chamayou et Jamie Gallienne). Elle reprend certains des artistes ou techniciens qui devaient travailler sur des événements annulés cet été et à la rentrée, comme Tempo Rives et Accroche-Cœurs. 

Le budget prévu pour le déploiement technique de la Fête de la Musique dans l’espace public est ainsi réinvesti dans des cachets d’artistes - un geste de soutien à la scène locale durement impactée par la crise. La Ville a d’ailleurs pris soin de sélectionner des artistes professionnels et non amateurs. Seuls les musiciens intermittents ou déclarant au Guso ont donc été programmés. 

Ils joueront dans le Grand Théâtre d’Angers, place du Ralliement, d’une capacité de 600 spectateurs assis. « Respecter la distanciation aurait créé trop de frustration pour le public, nous avons donc renoncé à l’accueillir », explique Nicolas Dufetel. Le dispositif est celui d’une émission de télévision type Taratata, mais sans public. 17 concerts de 30 minutes s’enchaîneront sur deux scènes, de 15h à minuit. Leur diffusion se fera dans plusieurs lieux, dont ceux adhérant au dispositif GIP Cafés Cultures.

Cette Fête de la Musique en ligne est voulue comme le premier temps d’un programme estival de relance du secteur culturel angevin, auquel sont affectés 300 000 €. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)