Production

Pendant la crise, les concerts sans public de Show Must Go Home

Par Thomas Corlin | le | Diffusion, booking

Show Must Go Home, organisateur de concerts dans des lieux privés depuis sept ans, a multiplié les livestreams captés sur des toits - dans le respect des contraintes sanitaires. Leurs diffusions ont déjà attiré des millions d’internautes.

Skip The Use en concert sur le toit de l’immeuble Swam à Eurallile.
Skip The Use en concert sur le toit de l’immeuble Swam à Eurallile.

« Les concerts privés existent depuis toujours, observe Cedric Pollet. Nous les avons juste démocratisés. » C’est sur cette simple idée que cet ancien industriel nordiste du textile, qui avait fait fortune à l’international, s’est lancé il y a sept ans dans Show Must Go Home, une société de production de concerts privés. Celle-ci vient de sortir de la confidentialité pendant le confinement, grâce à des concerts en ligne et sans public sur des toits d’immeuble , dont certains ont passé le million de vues.  

Ce n'était pourtant pas le but du projet, lancé presque pour le plaisir, sur les propres finances de l’homme d’affaires. « J’ai pris l’habitude à mes 40 ans d’offrir à mes amis et moi des concerts privés de stars de la chanson française, Alain Chamfort, Marc Lavoine, etc. Devant l’engouement des gens mais aussi des artistes qui appréciaient de jouer dans un contexte intimiste (et adaptaient un peu leurs cachets pour l’occasion), j’ai décidé de lancer un club de membres, confidentiel. Les jauges sont de 250 personnes maximum, les lieux toujours atypiques, l’accès à la programmation est de 50 euros par an, et les concerts à 200 euros le ticket en moyenne, buffet inclus. » Show Must Go Home compte aujourd’hui 4 000 membres, dont beaucoup d’entreprises, et Cedric Pollet a abandonné le textile pour en faire son activité principale il y a trois ans. 

Peter Kingsbery en concert sans public à Paris pour Show Must Go Home
Peter Kingsbery en concert sans public à Paris pour Show Must Go Home - © Jean-Claude Kubicki

L’aventure a pris un tournant inattendu durant la crise sanitaire du Covid-19, lorsque Arthur a « emprunté la marque Show Must Go Home pour faire des concerts de poche à la fin de son émission de confinement ». De privée, l’enseigne est devenue publique. Mais par delà cette présence médiatique, c’est surtout l'émission en ligne produite par la structure de Cedric Pollet et animée par Mat Bastard du groupe Skip The Use qui a attiré du public en proposant des concerts exclusifs sur des toits d’immeuble pendant le confinement. 

Poursuivre l’expérience à grande échelle

Skip The Use et l’Orchestre National de Lille ont donc pu jouer en plein air, sans public, sur le toit de l’immeuble Swam dans le quartier d’EuroLille, tout comme l’ont fait Aaron et Peter Kingsbery de Cock Robin sur le rooftop d’un particulier à Paris. Chaque événement s’est fait avec les autorisations préfectorales nécessaires, et dans le respect des mesures sanitaires en vigueur - les musiciens, à l’exception des chanteurs, sont masqués. Les lieux, quant à eux, sont choisis dans le carnet d’adresses de Cedric Pollet. 

Aaron en interview sur un rooftop privé à Paris dans l'émission de Show Must Go Home
Aaron en interview sur un rooftop privé à Paris dans l'émission de Show Must Go Home - © Kubicki

Alors que Show Must Go Home avait dû annuler une trentaine de concerts privés suite au confinement, son activité s’est temporairement recentrée vers des concerts gratuits en ligne - seul un don d’un euro au Secours populaire est suggéré. La technique est assurée par des techniciens payés selon leurs régimes respectifs, et les artistes jouent gracieusement. Après quelques finitions en post-production, chaque concert est streamé par le média local La Voix du Nord chaque dimanche à 14h depuis mai.

Fort de ce succès, Cedric Pollet envisage de poursuivre l’expérience à plus grande échelle. « Des négociations sont en cours avec des chaînes nationales », confie-t-il. Pour autant, sa structure devrait reprendre son activité normale de concerts privés avec public dès que les conditions sanitaires le permettront. En attendant, après une session sur le toit de l’hôtel Marriott à Nice qui sera diffusée le 7 juin, le concert suivant de Show Must Go Home se tiendra à Bruxelles dans un lieu encore tenu secret. Ces événements sont à suivre sur la page Facebook de la structure. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)