Production

Festivals d'été : le Vercors Music Festival se réadapte pour sa 6e édition

Par Thomas Corlin | le | Plein air

À Autrans et Méaudre (Isère), le Vercors Music Festival joue la prudence et se maintient début juillet en assis malgré l’autorisation récente de recevoir du public debout sous conditions. L'équipe du festival se laisse de la marge pour se réadapter, selon Pierrick Aunillon, directeur du réseau Spedidam qui le soutient.

Le site du Vercors Music Festival en 2019. - © Thibault Dion
Le site du Vercors Music Festival en 2019. - © Thibault Dion

Comment le Vercors Music Festival a-t-il pu se maintenir cette année ? 

Après l’annulation de l’an dernier, nous avons tout mis en œuvre dès septembre pour éviter une seconde année consécutive sans festival. Nous nous sommes alors basés sur la circulaire d’août 2020 selon laquelle un événement pouvait se tenir en assis avec de la distanciation. Le travail s’est fait en lien avec les services de l'État et les collectivités territoriales, qui nous ont soutenu dans notre désir de maintenir le festival.

Le projet est alors devenu un festival d’une jauge de 1 000 personnes, avec deux scènes en alternance et un site supplémentaire. La scène payante se tiendra sur notre site habituel à Autrans, et une autre scène gratuite (avec accès règlementé) à Méaudre, en après-midi. C’est un format que nous avions déjà envisagé par le passé, et que l’on expérimente du fait de la situation, en mettant en place un système de navettes. D’habitude, le festival se tient sur quatre à cinq jours, mais cette édition ne comprendra que trois journées avec six artistes chacune. 

Il est à noter que sur les seize festivals que soutient le réseau Spedidam, dix se maintiennent cet été. 

Quand lancerez-vous votre programmation et votre billetterie ?

Notre espace nous permet de nous adapter facilement.

Cette semaine, nous lançons la billetterie et annonçons progressivement notre programmation. Ne proposant pas de camping cette année pour raisons sanitaires, nous nous attendons cette fois-ci à un public principalement local - il représente déjà 70 % de notre fréquentation en temps normal. Côté programmation, nous n’avons pas tout reporté d’une année sur l’autre pour être raccord à la configuration assise mais aussi laisser de l’espace pour de nouveaux projets émergents ou avec une actualité. 

Comptez-vous profiter des nouveaux allègements annoncés en matière de jauges et de restrictions ?

Pour l’instant, nous comptons rester en jauge assise, et nous nous adapterons éventuellement une fois que les directives seront définitives. Cette configuration « debout » à laquelle nous sommes désormais autorisés est à prendre avec des pincettes : les 4 m2 de distanciation me semblent compliqués à mettre en place, je ne préfère pas m’engager sur un marquage au sol par exemple. Nous avons testé la configuration assise au Eole Factory Festival (Yvelines) qui appartient aussi au réseau Spedidam, et c’est faisable, le public est responsable, danse devant sa chaise, et il n’y a pas de débordement. 

Nous suivrons aussi le protocole des bars et restaurants pour notre espace restauration, avec une limite de six personnes par table. Notre espace nous permet de nous adapter plutôt facilement. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)