Production

Plein air : Kilomètre 25, un nouvel espace veut relancer la fête à Paris

Par Thomas Corlin | le | Plein air

Les propositions en plein air se multiplient à Paris : ouvert le 19 juin dernier, Kilomètre 25 (19e) propose un espace lifestyle et festif de 2 200 m2 sous le périphérique nord, actif uniquement en été. Arnaud Perrine, co-gérant, revient sur le projet et son lancement en pleine crise sanitaire.

La programmation ne devrait durer que jusqu'à la mi-octobre. - © D.R.
La programmation ne devrait durer que jusqu'à la mi-octobre. - © D.R.

Sous quelle impulsion est né Kilomètre 25 ? 

Nous avions déjà l’expérience de La Plage, un open air Porte de la Villette (19e), et celle du Jardin21 (19e), un tiers-lieu potager ouvert dans la même zone durant l'été 2020 et qui a été presque victime de son succès tant l’affluence ressemblait à celle d’un club alors qu’il s’agissait selon nous d’un espace de permaculture. Ce dernier lieu était censé en quelque sorte prendre le relais du Glazart (19e), dont le déménagement est sans cesse reporté, mais dont l’espace extérieur rouvrira néanmoins cet été. 

Le lieu a été pensé en fonction des contraintes.

La demande était donc bien là pour un véritable espace en extérieur qui proposerait plusieurs programmations parallèles. Nous avions repéré un terrain voisin occupé par une déchetterie, sous le périphérique nord, et il nous a semblé qu’il pouvait être exploité différemment. Nous avons pensé le lieu en fonction des contraintes : ne pas en faire qu’un club, la présence du périphérique, y diffuser de la musique sans être une nuisance, proposer un tel espace en pleine ville, même s’il s’agit d’une zone excentrée. 

Nous sommes en rapport avec la Mairie de Paris depuis environ vingt-cinq ans, notamment à travers le Glazart, et ils nous ont fait confiance. La Ville était très demandeuse de nouveaux lieux pour la réouverture post-confinement. Nous avons monté une SARL pour gérer le projet et nous sommes engagés sur un contrat d’exploitation du terrain pendant quinze ans.

Que propose exactement cet espace ? 

L’espace est en entrée libr du mercredi au dimanche, de 11h30 à 00h30, avec des soirées payantes les vendredi et samedi soirs.

Il s’agit de 2 200 m2 pouvant accueillir, hors restrictions sanitaires, jusqu'à 3 000 personnes. L’espace est ouvert, en entrée libre, du mercredi au dimanche, de 11h30 à 0h30, avec des soirées payantes les vendredi et samedi soirs. D’un côté, nous proposons une programmation musicale, que nous faisons nous-mêmes, avec un certain nombre de DJ sets et de concerts. De l’autre, nous proposons un marché de créateurs, d’artisans, de nourriture, de disques, des stands de tatouage ou de massage, et de nombreuses activités sportives, qui vont jusqu’au cours de self-défense pour femmes ou à la séance de gym sur de la drum’n'bass. 

Proposant une jauge de plus de 1 000 personnes, votre lieu est soumis au pass sanitaire. Comment le public l’a-t-il reçu ? 

En ligne, plutôt mal - nous avons été qualifiés de tous les noms, jusqu’au « pass nazitaire ». Sur place, il y a eu des complications, des ralentissements, c’est un protocole encore laborieux. Nous avons communiqué tant que possible pour faire comprendre que nous subissions la situation comme le public. Le dispositif de contrôle est d’ailleurs à notre charge. Pour autant, les pré-ventes pour nos soirées partent très rapidement, et le public vient volontiers, ce n’est donc pas si handicapant. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)