Publics

L’application Cultur’Easy dynamise le tourisme culturel et patrimonial

Par Thomas Corlin | le | Médiation

En réponse aux besoins en matière de médiation et de communication du secteur, Cultur’Easy propose un outil numérique éditorialisé pour mettre en valeur l’offre culturelle et patrimoniale. Son cofondateur Karl Scheuer présente l’application, lancée en 2019.

L’application Cultur’Easy dynamise le tourisme culturel et patrimonial
L’application Cultur’Easy dynamise le tourisme culturel et patrimonial

C’est en voyageant que Karl Scheuer a fait le constat d’une « fracture entre tourisme et cultureparticulièrement chez les moins de 35 ans. Une partie de l’offre culturelle (musicale par exemple) est présente dans leurs voyages, mais une autre, celle des lieux et du patrimoine, en a disparu, alors qu’elle pourrait les intéresser ». S’agirait-il donc d’un problème de visibilité et de médiation ? C’est son diagnostic et celui de ses deux associées, Nathalie Kauffmann et Élodie Bedjai.

Les structures ont toutes acquis leurs propres applications, multipliant des outils éparpillés. Nous proposons de mutualiser cette offre sur une seule plateforme éditorialisée et interactive.

Issu des médias, de l’audiovisuel comme de la finance et de la musique, le trio a lancé l’année dernière Cultur’Easy, une application qui met en valeur l’offre culturelle et patrimoniale par géolocalisation. « Le virage numérique a été pris un peu tard par une grande partie du secteur, remarque Karl Scheuer, puis les structures ont toutes acquis leurs propres applications, multipliant des outils éparpillés, à l’efficacité moindre. Nous proposons donc de mutualiser cette offre sur une seule plateforme éditorialisée et interactive. »

Logo de Cultur’Easy
Logo de Cultur’Easy - © DR

L’application est gratuite et ne nécessite l’ouverture d’un compte que pour accéder à certaines fonctionnalités interactives. Parmi celles-ci, la possibilité de poster sur son expérience dans un lieu ou, à terme, de cumuler des points afin d’accéder à des activités « premium » exclusives, en accord avec certains sites. Cultur’Easy propose aussi un contenu éditorial type magazine, assuré par une équipe d’une quinzaine de rédacteurs qui constituent également sa database pas à pas. 

Ce référencement se fait parfois sans la collaboration des lieux concernés, parfois avec eux, au fil du développement de l’application. Une fois les lieux contactés, Cultur’Easy leur donne accès à un back office pour alimenter leur profil et communiquer par ce biais. Moyennant un abonnement de 79 € par mois, ils peuvent aussi avoir accès à d’autres fonctionnalités, comme celles des données anonymisées des utilisateurs, afin de cibler leurs actions. « Après avoir longtemps visé le public local, les lieux culturels cherchent désormais à communiquer auprès de potentiels visiteurs dans un périmètre plus large, parfois dans des villes éloignées - ce que permet notre application. »

Lorsqu’il n’existe aucune plateforme de vente en ligne pour un lieu, Cultur’Easy propose sa propre solution.

Les fonctionnalités de Cultur’Easy existent déjà individuellement sous différentes formes, mais n’ont jamais été mutualisées de cette façon sur un seul outil. « Nous ne cherchons pas à concurrencer qui que ce soit, plutôt à compléter ce qui existe », précise Karl Scheuer. Ainsi, en matière de billetterie, l’application redirige systématiquement vers la plateforme interne ou dédiée de chaque lieu référencé. Dans certains cas, lorsqu’il n’existe aucune plateforme de vente en ligne pour un lieu, Cultur’Easy proposera sa propre solution, actuellement en cours d'élaboration avec un partenaire reconnu dans le secteur culturel. « Près de 86 % des structures contactées ne proposent que de la vente de billet en guichet, à notre grande surprise. »

Karl Scheuer, co-fondateur de Cultur’Easy
Karl Scheuer, co-fondateur de Cultur’Easy - © DR

C’est le cas notamment de certains lieux patrimoniaux, mais aussi de certains parcs naturels, des sites que Cultur’Easy entend intégrer à son répertoire. Le spectre couvert par la plateforme s'étend aussi à certains lieux insolites, en dehors du radar des offices de tourisme ou du Ministère de la Culture, que l'équipe repère, entre dans sa base et contacte pour une collaboration. « Nous avons par exemple découvert un Musée des Vampires et des Monstres de l’Imaginaire vers la Porte des Lilas à Paris, tenu par un guide passionnant du Père-Lachaise, actuellement en plein développement. »

Cultur’Easy s’est d’ailleurs positionné auprès de différents acteurs officiels de la culture, comme l’Office du Tourisme de la Ville de Paris, qui lui apporte un soutien non-financier, ou le Pass Culture, dont elle est le partenaire numérique. « Nous avons également été sollicités par des pays étrangers lors de salons du tourisme, et nous alimentons déjà notre plateforme sur la Suisse ou la Belgique ». 

Le projet est structuré en SAS et a levé 700 000 € de fonds auprès de membres du personnel de la Clinique Hartmann, à titre privé. L’application est quant à elle disponible sur Android et IOS

Transférer cet article à un(e) ami(e)