Ventes, finances

Fonds d’urgence : réajustement des aides au cas par cas

Par Thomas Corlin | le | Subventions, mécénat, aides

La Ministre de la Culture Roselyne Bachelot a précisé le nouveau cadre dans lequel seront distribuées les aides d’urgence et les compensations, afin d’amorcer une sortie de crise. Une commande a aussi été passée aux photo-journalistes pour documenter la France à travers la crise.

Le Ministère de la Culture, rue de Valois (Paris 1<sup>e</sup>) - © MG/NT
Le Ministère de la Culture, rue de Valois (Paris 1<sup>e</sup>) - © MG/NT

C’en est donc fini du fameux « quoiqu’il en coûte » martelé par le Président de la République au fil de la crise. La loi relative à la gestion de la sortie de crise sanitaire est parue au Journal Officiel le 6 août dernier, et elle se traduit désormais en acte. Le Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, a annoncé la fin du fonds de solidarité pour les entreprises à la fin du mois de septembre, et l’application d’aides sur mesure. Une nouvelle condition est d’ailleurs à respecter pour percevoir ces aides au mois de septembre : avoir atteint 15 % de son chiffre d’affaire d’avant la crise - afin d'éviter les fermetures opportunistes. 

Ces décisions ont naturellement des conséquences dans le monde des arts, et la Ministre de la Culture s’est exprimée sur France Info à ce sujet le 30 août : « Les choses sont très différentes selon les secteurs, donc on va faire du  »sur mesure« . 

L’attribution d’aides sera désormais évaluée au cas par cas et non plus à titre forfaitaire comme cela a pu être le cas. Il sera établi  »un double indicateur : la perte du chiffre d’affaires et de la fréquentation de l'établissement, en comparant la situation avant l’instauration du pass sanitaire et celle avant la crise sanitaire« . Pour rappel, le pass sanitaire est en vigueur dans les ERP culturels depuis le 21 juillet dernier, et étendu aux salariés de tous les ERP depuis le 30 août. 

Plusieurs structures sont suivies  »en temps réel« . La Ministre remarque que  »dans les grandes structures patrimoniales qui attirent une clientèle étrangère telles que l’Opéra National de Paris, les réservations sont passées de 45 à 25 %, tandis que la jauge de l’Odéon-Théâtre de l’Europe (Paris 6e) ne baisse que de 10 % car la clientèle est nationale.« 

Par ailleurs, le Ministère du Budget a annoncé des  »plans d’action«  pour des secteurs  »structurellement touchés« . Dans l’annonce du Ministère, seuls ont été mentionnés  »l'événementiel, les agences de voyage, ou encore la montagne« . 

D’après Bruno Le Maire encore, les aides distribuées par l'État se chiffrent à 80 milliards, auxquels s’ajoutent 160 milliards de prêts, dont les Prêts Garantis par l'État

Une commande passée aux jeunes photo-journalistes

Sur une autre note, la Ministère de la Culture a annoncé une commande publique de 5,5 millions d’euros à l’adresse des photo-journalistes, qui sera pilotée par la BnF (Paris). Le thème en est : « une radioscopie de la France à l’aube des années 2020, pendant et après la crise sanitaire. » Le premier appel à candidatures sera lancé à l’automne 2021, le second au premier trimestre 2022. Ils sont réservés à des photographes diplômés depuis 2018, pouvant justifier d’une collaboration avec une publication de presse dans les quatre dernières années. La BnF intègrera à ses collections les œuvres réalisées, les éditera et les diffusera dans ses murs et sur le territoire. Chaque photographe sélectionné recevra 22 000 euros « après la crise ». Les DRAC soutiendront également le dispositif.

Transférer cet article à un(e) ami(e)