Ventes, finances

Spectacle vivant : troisième saison pour les paniers artistiques lancés pendant la crise

Par Thomas Corlin | le | Subventions, mécénat, aides

Mis en place courant 2020 en aide à un secteur asphyxié par la pandémie, les paniers artistiques sont des petites formes à la production sommaire, à jouer dans des lieux non habilités. Porté par Ouvrir l’Horizon, association du Pays de la Loire, la formule a fait travailler 222 personnes en 2021, inspiré d’autres territoires, et se relance en 2022. Explications avec Guillaume Mailles, cofondateur de l’association.

Le Trio Anima, qui a joué en 2021 dans le cadre d’un « panier artistique ». - © Ouvrir l’Horizon
Le Trio Anima, qui a joué en 2021 dans le cadre d’un « panier artistique ». - © Ouvrir l’Horizon

En quoi consiste le dispositif ?

Ce modèle s’inspire de celui des AMAP pour les fruits et légumes de producteurs, où le contenu du panier n’est pas révélé à l’avance.

En réponse à l’urgence sociale dans laquelle la pandémie a plongé nombre d’artistes intermittents, les paniers artistiques permettent à une équipe ou à quelques artistes mis en réseau de produire et de jouer un spectacle ou une performance techniquement légère dans des cadres variés. Danseurs, circassiens, musiciens, marionnettistes ou autres, se sont réunis pour créer des formes facilement déployables dans un corps de ferme, au pied d’un immeuble, dans un cinéma avant une séance ou une maison de quartier. Pour constituer ce réseau de diffusion, particulièrement dans la ruralité, nous développons par exemple des partenariats avec des groupements comme l'Union Régionale pour l’Habitat des Jeunes, ou les Agriculteurs BIO de Loire-Atlantique

Le panier couvre cinq cachets de répétitions, soit 40 heures, et cinq cachets de représentation, soit 60 heures. Y sont affiliées une personne à la technique et une autre à la production, et 10 % de la masse salariale sont reversés à une compagnie coproductrice qui prend à sa charge l’administratif (déclarations Sacem, fiches de salaire, etc). Un conventionnement se fait avec les lieux d’accueil, qui peuvent verser une participation financière s’ils le peuvent, sur le modèle du « café suspendu ». Ouvrir l’Horizon n’a pas de droit de regard artistique, nous faisons confiance à la liberté de création des artistes, il ne s’agit pas de créer une identité.

Ce modèle s’inspire de celui des AMAP pour les fruits et légumes de producteurs, où le contenu du panier n’est pas révélé et les citoyens composent avec ce qui leur est donné. L’identité des artistes n’est donc pas révélée non plus.

Combien d’artistes en ont bénéficié ? 

En Pays de Loire, où nous sommes basés, le dispositif est financé par la DRAC, la Région, les Départements, la Ville de Nantes, Audiens et certains villes ou communes. En 2020, 550 000 € furent récoltés, et 670 000 en 2021. Sur cette dernière année, 42 paniers artistiques se sont constitués, faisant travailler 222 personnes, à savoir 40 % des 560 inscrits. Le panier artistique a essaimé sur d’autres territoires, comme en Centre-Val de Loire avec Cultivons l’Essentiel

Il est à noter que certains artistes initialement inscrits se désinscrivent lorsqu’ils ont trouvé des opportunités de travail de leur côté, pour en faire profiter d’autres artistes davantage dans le besoin. 

Quelle est la structure qui supervise l’opération ? 

Ouvrir l’Horizon s’est structuré en association à l’automne 2020, avec un Conseil d’Administration orienté politiquement vers les actions associatives. J’ai pour ma part une expérience de chargé de diffusion et de production pour une compagnie de théâtre. 

Le projet s’inscrit dans un ensemble de revendications portées pendant les occupations de 2021.

Hormis le soutien à un secteur cruellement exposé aux conséquences de la crise sanitaire, et la ventilation des dons et fonds récoltés, Ouvrir l’Horizon porte ce projet dans le sillon d’un ensemble de revendications émanant du mouvement des occupations de lieux de diffusion du spectacle vivant en 2021. Parmi celles-ci figurait le retrait de la réforme de la loi chômage, qui a quand même été votée. En proposant ces paniers, nous avons pu voir que les mesures prises par le gouvernement pour relancer la culture n'étaient pas suffisantes : par exemple, beaucoup de jeunes n’ont pu bénéficier de l’abaissement exceptionnel à 338 heures pour accéder à l’intermittence en raison de lenteurs de Pôle Emploi, qui n’a pas eu le temps de mettre en place ce nouveau dispositif. 

Comment relancez-vous vos paniers artistiques cette année ? 

Les inscriptions sont ouvertes, le bureau de recrutement traite déjà les candidatures, c’est ouvert à tous. Nous veillons à une représentation paritaire entre les disciplines et les territoires. Il y aura un artist dating à Nantes le 21 mars 2021. Dans un premier temps, nous ne traitons que les candidatures sur place, dans notre local, afin de privilégier les artistes locaux, puis nous nous pencherons sur celles qui ont été déposées en ligne. D’autres régions vont également enclencher leur calendrier. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)