Juridique, rh

Comment être agréé pour accueillir un volontaire du Service civique ?

Par Thomas Corlin | le |  RH, formation, intermittence

Dix ans après son lancement, le service civique est devenu une appréciable source de renforts pour les équipes du secteur culturel.

Quelles sont alors les structures qui peuvent en accueillir, et comment doivent-elles s’y prendre ? 

Béatrice Angrand, présidente de l’Agence du Service Civique, et Delphine Viudes, administratrice du Festival des Arts de Bordeaux qui en recrute chaque année, décrivent la procédure à suivre et le cadre à respecter.

Des jeunes en service civique sur le site du Festival des Arts de Bordeaux - © Pierre Planchenault
Des jeunes en service civique sur le site du Festival des Arts de Bordeaux - © Pierre Planchenault

Qui peut être qualifié à recruter en service civique ?

  • « Les structures à but non lucratif peuvent prétendre à recevoir des services civiques, explique Béatrice Angrand de l’Agence des Services Civiques. À savoir, des structures de droit privé comme des associations, des fondations, des coopératives, des mutuelles, les grands services publiques de l'État, et autres établissements publics. » 

Quelle procédure pour l’agrément ?

  • « Il existe différents interlocuteurs pour déposer un dossier selon la taille et le rayonnement de votre structure, explique-t-on à l’Agence du Service Civique. Si votre organisation agit à l'échelle nationale ou locale, votre référent sera différent, une liste en ligne permet de les contacter.

  • Une fois la structure identifiée et les missions confiées au volontaire fixées, le dossier est visé par un chargé de projets à l’AgenceIl doit décrire autant les besoins de la structure que ce qu’elle peut apporter au jeune qu’elle recrutera. Une fois le projet validé, l’agrément est valable 3 ans, et il est publié en ligne afin de mettre en relation structures et candidats. »

  • D’après l’expérience de Delphine Viudes du Festival des Arts de Bordeaux, « le dossier de départ est lourd, les démarches administratives sont longues, autant par courrier qu’en ligne, mais on prend le pli. C’est probablement pour que les structures ne s’engagent pas à la légère, ça fait le tri. Il nous est demandé d’argumenter, et de s’engager. À partir de là, le processus de recrutement est classique, ça peut passer par leur plateforme, comme par Profil Culture. »

L’astuce timing

Le Festival des Arts de Bordeaux, qui réunit théâtre, danse, performance et musique, se tient en octobre et nécessite un travail sur les mois qui le précèdent, ce qui les prive d’un certain nombre de stagiaires. « Plusieurs structures dont l’activité est à cheval entre 2 années scolaires n’arrivent pas à trouver de stagiaires conventionnés sur cette période. Un vrai manque existe à cet endroit, et dans certains cas, c’est à dire quand les missions sont compatibles, le Service Civique peut y palier, autant pour les candidats que pour la structure. »

Quel projet peut être agréé ?

  • Pour Beatrice Angrand, « les structures d’accueil doivent se demander si elles peuvent fonctionner sans service civique, et si la réponse est oui, c’est qu’elles peuvent en recevoir. Le service civique ne doit en aucun cas se substituer à un poste, c’est en quelque sorte une cerise sur le gâteau. On peut leur confier des missions d’animation, d’accompagnement et d’ouverture à divers publics, d’aide à l’accessibilité de la culture, mais on ne doit pas leur demander d'être webmaster ou d’encadrer une équipe. L’envie du jeune recruté doit correspondre à ce que la structure lui proposera de faire.  »

  • Au Festival de Bordeaux, les services civiques sont répartis sur des missions qui nécessitent un contact avec l’extérieur : public, partenaires, associations. « Il s’agit d’une mission d’intérêt général, rappelle Delphine Viudes. Par exemple, on ne les mettra pas au catering, davantage géré par des bénévoles, et on ne leur confiera pas non plus la gestion de fichiers, qui relèvent de salariés ou éventuellement de stagiaires. Les missions d’un service civique ne requièrent pas de compétences en particulier, ils sont un soutien, une aide. Ils relèvent du savoir-être, du contact direct avec le terrain, ils doivent être tournés vers la population. » 

Qui peut-on embaucher, combien de temps et pour quelle rémunération ?

  • Peuvent accéder au dispositif les jeunes entre 16 ans et 24 ans révolus, et jusqu'à 30 ans pour les personnes à handicap. Aucun diplôme n’est demandé. 
  • L’indemnisation est de 580 euros par mois, prise en charge par l'État. La structure verse une prestation de subsistance de 107 euros par mois, pour le logement et les repas, sous forme d’argent ou de tickets restaurant. Sur critères sociaux, certains jeunes peuvent percevoir une indemnité supplémentaire. 
  • Les services civiques durent 6 à 12 mois selon les types de mission. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)