Production

Livestream : les orchestres classiques français sous une seule bannière numérique

Par Thomas Corlin | le | Diffusion, booking

Après le succès du festival en ligne L’Amour de Loin en décembre dernier, le secteur de la musique classique met en commun ses contenus numériques autour d’une adresse unique et d’une chaîne YouTube éditorialisée, En Attendant la Réouverture. Déjà enclenchée avant la crise, cette présence en podcast et en livestream s’est intensifiée, selon Morganne Dreux, porte-parole de l’Association Française des Orchestres, à l’initiative de l’opération avec le syndicat Forces Musicales.

L’Ensemble Intercomporain sur scène. - © D.R.
L’Ensemble Intercomporain sur scène. - © D.R.

À quel besoin répond l’opération En Attendant la Réouverture  ?

Tous les orchestres ont indépendamment proposé des contenus très riches depuis le début de la crise. Certains étaient déjà équipés pour en produire et s'étaient déjà engagés sur le numérique avant l’arrêt des concerts - l’Orchestre de Lille, par exemple. Pour d’autres, il a fallu mobiliser des moyens pour faire des captations et du livestream.

Certains étaient déjà équipés pour le livestream.

Puisque la crise est encore en cours et que nous n’avons pas de perspectives de réouverture proche malgré l’autorisation des événements assis cet été, il a semblé nécessaire de continuer ce travail en ligne et de lui donner une autre visibilité. En regroupant les initiatives des membres de l’Association Française des Orchestres (AFO) et de Forces Musicales, nous les valorisons et affirmons notre force en tant que réseau. 

Logo du syndicat Les Forces Musicales - © D.R.
Logo du syndicat Les Forces Musicales - © D.R.

Quels sont ces contenus et comment les mettez-vous en valeur ? 

En Attendant la Réouverture prend la forme d’une programmation en ligne et d’une chaîne YouTube éditorialisées et animées par l’AFO et Forces Musicales. Ce travail passe par une collecte de contenus auprès de tous les adhérents des réseaux. L’objectif est le crosspostage : chaque membre publie le contenu des autres membres afin de cumuler les audiences de chaque entité, notamment celle des lieux de diffusion. 

Au programme, il y a bien sûr de la diffusion de concerts en direct, mais aussi des podcasts, des captations issues des archives, des documentaires, etc. Le visiteur peut se constituer un programme à la carte et suivre nos actualités. Le spectre s'étend du ballet à l’opéra, du concert symphonique au spectacle jeune public. 

Que tirez-vous de l’expérience du festival en ligne L’Amour de Loin en décembre dernier ? 

Étalé sur trois semaines, le festival a attiré 284 000 spectateurs autour de 38 contenus artistiques inédits, proposés par 46 opéras et orchestres. C’est un succès, qui prouve que l’expérience du crosspostage est bénéfique en ce qu’elle a présenté le travail (et les singularités) de chacun à une audience plus large. Cela prouve aussi que des usages s’installent, des habitudes se prennent. 

Logo de l’AFO. - © D.R.
Logo de l’AFO. - © D.R.

La visibilité en ligne et sur d’autres médias des orchestres de votre réseau se renforce aussi par un partenariat avec France Musique. Quel en sera le contenu ?

France Musique a décidé de faire de la place à plusieurs orchestres membres de l’AFO sur son antenne de plusieurs façons. Chaque jour, un orchestre sera mis en avant au sein de la matinale de la radio, autour de 8h15. Une page est aussi dédiée à ce partenariat, ce à quoi s’ajoutent les captations déjà courantes de concerts dans plusieurs régions dans le cadre du créneau « Le Concert de 20h ». 

Transférer cet article à un(e) ami(e)