Production

Livestream : un « French Touch Tour » sur CanalVOD programmé par Live Nation

Par Thomas Corlin | le | Diffusion, booking

Chaque jeudi à 21h depuis le 25 mars, la multinationale de production de concerts Live Nation propose Le French Touch Tour, des concerts livestreamés payants sur CanalVOD. Étalée sur une quinzaine de dates, l’initiative est née de la nécessité de faire travailler le secteur, d’après Damien Chamard Boudet, en charge de la programmation artistique.

Skip The Use au Théâtre de Cambrai dans le cadre du French Touch Tour. - © D.R.
Skip The Use au Théâtre de Cambrai dans le cadre du French Touch Tour. - © D.R.

Comment s’est mise en place cette tournée en ligne ?

L’idée a germé vers septembre 2020 puis elle a été présentée au Ministère de la Culture. Le Ministère a choisi de soutenir la chaîne éphémère Culture Box, et Live Nation a continué ce projet de tournée en partenariat avec la BPIFrance, et Canal+ l’a hébergé sur sa plateforme VOD. 

La BPI a pris en charge financièrement le projet, et nous nous sommes alignés sur le prix plancher de CanalVOD pour la billetterie, à savoir 4,99 € par concert. Toutes les recettes reviennent aux artistes et à leur équipe. 

La production audiovisuelle a été assurée par l’agence AMP Interactive pour les dates tournées dans des salles parisiennes (Duc Des Lombards, Cigale…), puis par une autre structure pour celles qui se sont tenues sur la côte basque (la SMAC L’Atabal ou la Cité de l’Océan à Biarritz). 

Quel format de diffusion a été choisi pour ces livestreams ? 

Nous respectons le format télévisuel de 52 minutes, avec 45 à 48 minutes de concert, puis de courtes interviews de professionnels de la filière en bonus. Nous avons programmé une quinzaine de dates, chaque jeudi à 21h, sans replay. 

Pratiquement tous les concerts sont pré-enregistrés pour des questions de compression sonore et de logistique. Il n’est pas toujours évident pour les musiciens d’avoir un rendu optimal en direct, le différé est pour l’instant l’option la plus sûre. Nous envisageons cependant de diffuser en direct certaines formules plus légères techniquement. 

Quels types d’artistes avez-vous sélectionnés et comment ont-ils vécu l’expérience ? 

L’exercice n’est pas encore rentré dans les pratiques courantes du métier, nous nous sommes donc basés sur la volonté des artistes, et pour être franc, peu nombreux étaient ceux qui désiraient s’y essayer. Au final, nous avons réuni une affiche assez diverse d’artistes en développement ou confirmés, dans des styles variés allant jusqu’au jazz, pour lesquels nous avons créé des contextes particuliers, notamment en choisissant des lieux de caractère ou avec une charge symbolique. 

L’exercice n’est pas encore entré dans les pratiques courantes du métier.

Il y a pour l’instant un paradoxe par rapport au livestream : jouer en direct sur Facebook Live avec son téléphone, c’est entré dans les mœurs, cocher la case « promo » en jouant un titre sur Taratata, c’est également le cas. En revanche, la captation, en direct ou pas, se situe à un autre endroit encore mal déterminé, et tout le monde n’est pas encore à l’aise avec cela. 

Comment avez-vous fait le choix du payant ? 

Cela fait un an et demi qu’au nom de la promotion, des artistes font du live gratuitement. Au début de la crise, cela pouvait se comprendre mais, désormais, cela dessert le secteur entier. Il n’est jamais bon de montrer que quand un artiste monte sur scène avec son équipe, c’est gratuit. Par ailleurs, jouer gratuitement en ligne aussi abondamment fait passer ceux qui font payer pour des « méchants artistes », alors que ce n’est pas le cas. L’offre payante de Matt Pokora est arrivée assez tôt pour pouvoir faire changer le regard du public sur ce support. 

Enfin, nous avons conclu un partenariat avec le Pass Culture, qui fait entrer les livestreams du French Touch Tour dans l’offre culturelle éligible du dispositif. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)