Production

Restrictions : l’Accor Arena en faveur de jauges proportionnelles

Par Thomas Corlin | le | Diffusion, booking

Les dernières restrictions sanitaires limitant les jauges et interdisant les concerts debout pendant trois semaines entraînent une nouvelle vague d’annulations et d’adaptations dans les salles. Nicolas Dupeux, directeur de l'Accor Arena (Paris 12e), espère l’application de seuils « proportionnels » pour sauver quelques événements sur janvier.

L’Accor Arena peut accueillir jusqu'à 20 000 personnes. - © Nicko Guilhal
L’Accor Arena peut accueillir jusqu'à 20 000 personnes. - © Nicko Guilhal

Quel a été l’impact des dernières restrictions sur votre programmation de janvier ? 

Par chance, aucun concert n'était programmé chez nous avant février 2022 - le premier étant celui de Tryo. Évidemment, nous ne sommes pas très sereins quant à sa tenue et nous restons attentifs, avec les producteurs, à l'évolution de la situation pandémique. Les seuls événements prévus dans le lieu sont sportifs, et de ce côté-là, l’impact est sérieux : nous avons annulé plusieurs événements, parfois sans report pour l’instant. Il se pose aussi des questions sur les événements à venir, en sport comme en musique.

Nous faisons pour l’instant tout pour que les rassemblements sportifs annulés soient reportés sur mars ou avril et que les fédérations qui les portent ne soient pas mises à mal. Nous fonctionnons généralement par versement d’acompte avant règlement. En cas d’annulation pour interdiction administrative, nous remboursons les acomptes ou trouvons un arrangement qui ne pénalise personne. Notre stratégie commerciale consiste avant tout à soutenir le secteur. 

Ces nouvelles restrictions cassent-elles l'élan retrouvé depuis septembre dernier ? 

Depuis novembre, nous avions retrouvé un fonctionnement normal et une fréquentation enthousiasmante. Les gens retrouvaient le plaisir de vivre ces moments-là. La vente de billetterie était soutenue, en musique comme en sport - un tournoi de tennis a même enregistré un record de vente dans notre lieu. Sur la période de novembre et décembre, nous avons annoncé 35 événements à venir sur la saison, ce qui est aussi un record nous concernant. Hélas, les dernières annonces ont eu un effet dramatique, et stoppé net la dynamique de billetterie. Nous savons aussi que le retour à des jauges pleines sera long, et que le retour du public se fait par étape.

Comment se déroulent les échanges avec les pouvoirs publics ? 

Nous dialoguons surtout avec le Ministère des Sports sur ce sujet, mais le débat est le même dans le domaine culturel. Il s’agirait d’appliquer des jauges proportionnelles et non pas simplement des seuils - qui permettent néanmoins à de nombreux lieux de continuer à travailler normalement. 

Notre logique commerciale consiste à soutenir le secteur et ne pénaliser personne.

Les mesures doivent s’adapter à l'évolution de la situation : le variant Omicron fait beaucoup de cas mais pas autant d’hospitalisations graves que prévu. Ainsi, il serait peut-être plus pertinent de ne plus s’indexer sur le nombre de cas positifs, qui n’a plus trop de sens aujourd’hui, mais plutôt sur le nombre d’admissions en soins critiques et le taux d’occupation des services de réanimation, pour ainsi mettre la sauvegarde de l’hôpital et de la médecine au centre des mesures. 

Nous pourrions alors établir des jauges proportionnelles qui nous permettraient d'éviter les regroupements dans des salles comme les nôtres : 1 siège sur 2 ou 1 siège sur 3, selon la gravité de la situation sanitaire. Pour un lieu comme le nôtre, qui dispose d’une jauge maximale de 20 000, cela pourrait représenter 6 000 places supplémentaires, par rapport aux 2 000 en intérieur actuellement autorisées. 

Nous sommes dans l’attente de réponses de la part des pouvoirs publics sur ces sujets. Si ce système de jauges proportionnelles est validé, nous pourrions sauver certains événements sportifs du mois de janvier.

L’Accor Arena, en bref

Salle polyvalente exploitée par la Société anonyme d’exploitation du POPB

• Actionnaires principaux de la Société anonyme d’exploitation du POPB : Ville de Paris (56 %) et AEG Facilities (43 %)

• Nom initial : Palais Omnisport de Paris-Bercy (ouvert en 1984)

• Rebaptisé « AccorHotels Arena » depuis octobre 2015• Fermée pour travaux de mars à octobre 2014 puis de décembre 2014 à octobre 2015

• Coût des travaux : 135 M€ (financés intégralement par emprunt par la SAE)

• Capacité maximale du lieu pour les spectacles : entre 17 000 et 20 000 spectateurs

• Site olympique pour les Jeux Olympiques de Paris 2024 : basket et gymnastique

• Espaces pour VIP pour les entreprises :- 54 loges privatives et 8 salons- Possibilité d’aménagement d’espaces (séminaires, cocktails, soirées…)

• Espaces annexes :- Patinoire de l’AccorHotels Arena- Phantom : salle événementielle lancée en avril 2022.

• Directeur général : Nicolas Dupeux, depuis le 08/01/2018

Transférer cet article à un(e) ami(e)