Production

Smac : une réouverture progressive au Grand Mix (Tourcoing)

Par Thomas Corlin | le | Diffusion, booking

Comme d’autres équipements de cette taille, le Grand Mix (Tourcoing, Nord) a profité de l’extension des jauges à 65 % pour accueillir à nouveau du public. Son équipe a programmé une poignée de date avant l'été, mais concentre ses efforts sur la rentrée de septembre, d’après son chargé de communication Vincent Nocrekul.

Le lieu peut accueillir 136 spectateurs en assis et 630 debout. - © David Tabary
Le lieu peut accueillir 136 spectateurs en assis et 630 debout. - © David Tabary

Quelle a été la réouverture du Grand Mix ? 

Les artistes programmés pour le 19 mai avaient tous annulé leur tournée bien avant que la réouverture soit annoncée, et il nous a semblé plus pertinent de rouvrir après le 9 juin, ne serait-ce qu’en raison du couvre-feu. C’est finalement le 13 juin qu’un concert a pu se jouer chez nous, ce qui a également coïncidé avec la réouverture de notre restaurant. Des petites tournées se sont rapidement organisées, et nous faisons donc jouer des artistes comme Slift ou Chevalrex.

Nous prenons le risque de programmer des spectacles non-adaptables en assis en septembre prochain.

Nous avons aussi un projet de théâtre, ce qui est exceptionnel pour nous en tant que salle de concert. Il s’agit d’un spectacle de théâtre musical de la compagnie du Créac’h, de Lille, dont l’une des membres est la chanteuse du groupe Gomme qui a un historique avec le lieu. Cette programmation demeure un cas à part, qui repose sur nos liens avec l’artiste - il n’est pas prévu a priori pour nous d’accueillir à nouveau un spectacle de ce type. 

Envisagez-vous une programmation d'été ? 

Cet été, nous accueillerons le tournage d’un projet d'émission pour nos réseaux sociaux et pour France 3, et des temps de résidence courant juillet, mais nous n’avons pas programmé de concert. Nous ne disposons pas d’une manne de tourisme comme dans d’autres villes, et les locaux ont l’habitude de déserter les lieux en été, notamment les nombreux étudiants. Nos tentatives sur cette période n’ont jamais très bien jamais fonctionné, et la concurrence des festivals n’aidait pas non plus. 

Comment abordez-vous la prochaine saison de concerts ? 

Nous avons programmé à la fois des spectacles qui peuvent facilement s’adapter en assis en cas de nouvelles restrictions sanitaires, et d’autres qui nécessitent un public debout - c’est un risque que l’on prend et que l’on assume. Nous avons déjà prévu des dates de remplacement, si besoin. Les groupes étrangers venant d’un peu loin, quant à eux, ne reviendront pas avant 2022.

Fin septembre, nous avons choisi de programmer un festival qui investira la totalité de nos espaces (notre club et notre studio inclus) et fera jouer une douzaine d’artistes sur deux jours. Il s’appelle Pop Factory et se fait en collaboration avec la structure de production lilloise À Gauche de la Lune. Son économie ne serait pas tenable en assis, il serait nécessaire de le déplacer si la situation sanitaire exige de l’assis à cette période. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)