Production

Marseille : la Cômerie, nouveau lieu de résidence et espace culturel multifonctions en devenir

Par Thomas Corlin | le | Lieux, résidences, locaux de répétition

Ancien EPHAD de 3 500 m2 confié en 2020 par la Ville au centre d’art Montévidéo, la Cômerie propose un nouveau lieu de résidences, d’ateliers et d'événements à Marseille, sur les hauteurs de Vauban (6e). Directeur de l’entité qui en a repris la gestion, Hubert Colas prévoit d’autres développements pour le lieu, et espère une co-construction du projet avec la nouvelle équipe municipale.

La terrasse du lieu accueille parfois des événements. - © D.R.
La terrasse du lieu accueille parfois des événements. - © D.R.

Comment ce lieu atypique, couvent devenu EHPAD pour religieuses, vous est-il revenu et dans quel cadre en avez-vous la gestion ? 

Lorsque l’espace a été revendu à la Ville, la mairie de secteur nous a proposé de l’investir à la fois du fait de notre proximité (le centre Montévidéo est à 150 mètres) et de notre légitimité dans ce champ, le tout dans un arrondissement où l’offre culturelle est encore très faible. À l’origine du projet, il s’agissait de co-construire une structure un peu différente, entre pouvoirs publics et artistes. Au lieu de confier ce type de chantier à une administration qui n’est pas toujours connectée aux réalités du champ artistique, ce sont des artistes qui piloteraient directement un équipement artistique hybride. La Cômerie se destine donc à devenir un outil partagé à la fois par les artistes, les amateurs et le public.

En mars 2020, très peu de temps avant le premier confinement, nous avons signé une convention précaire mais renouvelable, qui n’inclut cependant aucun moyen dédié. Les travaux de remise en état et l’entretien du lieu sont à notre charge - nous puisons dans les budgets de fonctionnement de Montévidéo, de ma compagnie Diphtong et du festival Actoral qui se tient sur la période de septembre et octobre. À l'époque, le dossier était géré par la mairie de secteur, et devait faire l’objet d’une coopération future. Depuis l’arrivée de la nouvelle mairie, nous attendons un signe pour savoir si nous poursuivrons l’exploitation du lieu, et si nous bâtirons ce projet ensemble.

Quelles sont les diverses fonctions du lieu ? 

La Cômerie est d’abord un lieu de résidence d’artistes - Marseille en manque, le besoin se fait souvent ressentir. Montevidéo dispose déjà de quelques chambres et studios, mais la Cômerie dispose d’une capacité d’accueil bien plus conséquente, que nous exploitons notamment lors de nos moments de diffusion, en particulier Actoral. Nous accueillons aussi des artistes sur le long terme, notamment en résidence d'écriture, tous les invités ont jusque là beaucoup apprécié le lieu. 

Nous louons des espaces de travail pour des structures travaillant dans la culture, ou des artistes, qui disposent de leur propre atelier, ainsi que de zones partagées.

Ensuite, nous louons des espaces de travail pour des structures travaillant dans la culture, ou des artistes, qui disposent de leur propre atelier, ainsi que de zones partagées. Tous peuvent utiliser la cuisine du lieu. Nous avons établi des forfaits mensuels de location qui demeurent accessibles. 

Des ateliers de pratiques diverses ont eu lieu, où les artistes partagent leurs compétences - dernièrement, la metteuse en scène Manon Worms a mené un atelier d'écriture avec des amatrices. Il y a eu plusieurs moments de programmation, le plus souvent gratuits, qu’il s’agisse de sorties d’ateliers, de lectures ou de spectacles, dans les divers espaces du lieu - sa « salle carrée », sa « salle de communauté » ou sa chapelle. La Cômerie a aussi accueilli le projet Africa 2020, reporté en 2021, et divers projets pédagogiques avec des écoles de théâtre ou d’arts. En bref, malgré le confinement, nous avons pu maintenir de nombreuses actions, et le lieu ne désemplit pour ainsi dire pas. 

Les artistes invités pour la saison Africa 2020, reportée en 2021. - © D.R.
Les artistes invités pour la saison Africa 2020, reportée en 2021. - © D.R.

Quels développements projetez-vous ?

Il nous faut des moyens, c’est évident, nous ne pourrons pas porter la Cômerie plus loin sans un véritable soutien. Rien que l’entretien du lieu est très coûteux. Pour mener des actions culturelles plus poussées, développer un ancrage dans le quartier, une plus grande accessibilité au public, il nous faut un accompagnement financier ou humain supplémentaire, que la seule structure de Montévidéo ne peut assumer. 

Dans l’immédiat, d’autres résidences d’artistes vont suivre, en partenariat avec la librairie Mazette dans le quartier, et le Centre International de Poésie de Marseille - le poète Jérôme Game continuera notamment son travail en janvier prochain chez nous. Une programmation autour du poète René Daumal aura lieu également. Des étudiants de l’ERACM s’y sont aussi temporairement installés.

L'échéance de février 2023 approche, et nous avons besoin d'être fixés pour nous engager davantage. Si la nouvelle Mairie nous donne le feu vert, notre présence sera pérenne et nous pourrons donner une autre latitude à cet espace. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)