Publics

Concerts-test : l’expérience de Montpellier reportée, études étrangères contradictoires

Par Thomas Corlin | le | Sécurité, accueil

Le feuilleton des concerts-tests se poursuit : c’est au tour de l’opération au Secret Place (Hérault) d'être reportée pour ajustement du protocole. Pendant ce temps, une étude scientifique tempère la pertinence de ces expériences, alors qu’au Royaume-Uni, une série d'événements fournit des résultats épidémiologique enthousiasmants.

Le concert-test parisien du 29 mai a finalement bien eu lieu. - © Stéphane Allaman / Alea
Le concert-test parisien du 29 mai a finalement bien eu lieu. - © Stéphane Allaman / Alea

Le samedi 29 mai, après six mois de préparation, de rumeurs et de rebondissements, l’Ambition Live Again, grand concert-test réunissant 5 000 personnes à l’Accor Arena (Paris 12e) devant un DJ set et un concert, avait finalement pu se tenir. Dans ce contexte, la voie semblait libre pour d’autres expériences françaises du même type - et ce malgré l’abandon, peu avant, de celle qui devait se tenir à Marseille.

Hélas, un autre événement-test, celui-ci à plus petit échelle, se voit reporté en dernière minute. Il devait s'étaler sur deux soirées d’environ 500 personnes chacune, dans la salle intérieure du Secret Place à Saint-Jean-de-Védas (Hérault), avec, entre autres, les Fatals Picards à l’affiche

Prévue les 5 et 6 juin prochain, l’opération est reportée in extremis aux 25 et 26 septembre en raison d’un protocole sanitaire « ne correspondant plus à la réalité, avec les nouveaux variants et le nombre de vaccinés », indique le directeur du lieu François Pinchon. Sur les 2 800 personnes inscrites à l’expérience, certaines n’ont pu valider leur participation parce qu’elles étaient désormais vaccinées. 

Les équipes du CHU, de CNRS-Sys2diag et celles qui ont organisé les concerts ont donc annoncé les nouvelles dates en septembre, avec un protocole qui sera adapté à la situation vaccinale. Le Secret Place, quant à lui, a néanmoins annoncé une reprise des concerts en extérieur dès le 10 juin avec quatre concerts gratuits par semaine, où seront proposés bar et restauration. 

Ces nouveaux développements dans la recherche sur la circulation du virus en concert fermé interviennent alors qu’une étude parue dans The Lancet Infectious Diseases et signée par un médecin d’un hôpital barcelonais en relativise la validité. Selon l’article, si le concert-test barcelonais à 500 personnes de décembre dernier indique que des événements musicaux en intérieur peuvent se tenir sans risque avec des mesures strictes, « cela ne signifie pas nécessairement que tous les grands rassemblements soient sûrs ». En effet, la faible circulation du virus en Espagne à cette époque-là et le protocole rigoureux appliqué lors de l’expérience en limiteraient la pertinence sur le long terme, la situation épidémique fluctuant constamment. 

Sur une note plus encourageante en revanche, sur les 58 000 personnes ayant participé à divers événements-tests musicaux britanniques (dont deux soirées clubbing de 3 000 personnes chacune à Liverpool), seules 15 se sont avérées positives à la Covid-19 jusque là. Les résultats définitifs de cet Events Research Programme seront communiqués par le gouvernement dans les semaines à venir. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)