Ventes, finances

Plateformes : Bridge Audio, espace de stockage et vitrine privée pour les producteurs de musique

Par Thomas Corlin | le | Marketing, réseaux sociaux

Un espace unique et privé pour que les travaux des musiciens soient exposés à la filière ? C’est ce que tente Bridge Audio, plateforme sur abonnement dont la commercialisation se lance en septembre, d’après son fondateur Clément Souchier, présent la semaine dernière au festival Sœurs Jumelles.

La plateforme fonctionnera par abonnement. - © D.R.
La plateforme fonctionnera par abonnement. - © D.R.

À partir de quel constat Bridge Audio a-t-il été construit ? 

Il existe toute une myriade de plateformes et de players qui proposent de faire écouter en privé la musique de producteurs à des professionnels, notamment pour les envois promo de labels aux journalistes. Soundcloud ou WeTransfer existent, mais demeurent limités dans leurs fonctionnalités et leur ergonomie. De toutes celles existantes, aucune solution ne s’est distinguée comme un espace de référence qui centralise toute la profession et ses différents usages. 

Souvent, les labels perdent trace de leurs fichiers d’origine.

Par ailleurs, nous avons remarqué que les labels et les artistes n’avaient souvent plus de trace des fichiers originaux de leur catalogue, notamment les plus anciens. C’est en cela qu’un espace de stockage unique peut leur être utile sur le long terme. 

Nous voulons que Bridge Audio soit tout cela. Le nom lui-même se veut neutre, en ne faisant pas référence à un style musical ou à une branche de la profession en particulier. 

Comment la plateforme fonctionne-t-elle ? 

Il s’agit d’un « software as a service », un logiciel sur abonnement, permettant à l’utilisateur de prendre en main son catalogue. Il peut stocker et envoyer, privativement ou non, de la musique à son équipe ou à des prestataires extérieurs - éditeurs, agences ou autres. L’artiste peut proposer à la lecture une partie de son répertoire aux autres membres de la plateforme, ou envoyer des liens, éphémères ou non, downloadables ou non, à certaines personnes. L’espace est privé et nécessite d’avoir un compte personnel. Le stockage fonctionne quant à lui sur le mode du cloud, avec une sauvegarde distante. 

Les abonnements payants s'étaleront de 4 à 9 euros avec un engagement annuel.

Chaque membre a un workspace au nom de l’artiste, du label ou de la structure, avec un player personnel dans lequel il peut « drag and drop » des pistes et leur attribuer diverses métadonnées. De multiples fonctions s’ajouteront à celles qui sont déjà disponibles, et seront gérables depuis un tableau de bord à l’image d’un soundchart, comme par exemple celle du tracking et certaines technologies d’intelligence artificielle pour la recherche de musique. 

Quels sont les moyens engagés dans le projet et quel est son modèle économique ? 

Nous avons investi des fonds propres dans Bridge Audio, et rassemblé 1,5 millions d’euros avec le concours d’investisseurs et plusieurs aides de la BPI. 

La plateforme fonctionne par abonnement, sa commercialisation est programmée en septembre. Il existera d’abord un abonnement gratuit donnant accès à quelques fonctions de base, et à un nombre limité de notifications par exemple. Les abonnements payants s'étaleront de 4 à 9 euros, avec un engagement annuel, et la possibilité d’acquérir plus d’espace de stockage sur le mode du « pay as you go ». 

Transférer cet article à un(e) ami(e)