Ventes, finances

Patrimoine : Ader réveille les trésors enfouis des institutions et entreprises culturelles

Par Thomas Corlin | le | Subventions, mécénat, aides

Mobilier rare, disques vinyle, matériel professionnel vintage, décors de théâtre… Vous ignorez peut-être la valeur de ce qui prend la poussière dans vos placards et remises. La maison de vente tricentenaire Ader lance une branche spécialisée dans la valorisation du patrimoine des entreprises et institutions. En charge du projet, Elsa Joly-Malhomme explique…

Elsa Jolhy-Malhomme lors d’une séance de vente. - © Radio France
Elsa Jolhy-Malhomme lors d’une séance de vente. - © Radio France
  • Que faire de tout ce qui remplit vos réserves, notamment en cas de déménagement ? Mieux Une maison de vente reconnue en fait l’inventaire gratuitement et propose une mise aux enchères adaptée. Spécialisée dans les collections d’art depuis 300 ans, Ader est la première structure de ce type à créer une filiale spécialisée dans la valorisation du patrimoine des entreprises et institutions.

  • « Nous intervenons souvent en cas de changements de locaux ou de direction, rapporte Elsa Joly-Malhomme, qui pilote Ader Entreprises & Patrimoine. Nous passons en revue les différents lots stockés avec l’aide de l’entreprise, récoltons des informations sur son historique, et identifions le type de vente le plus adéquat, soit en ligne, soit lors d’une séance de vente, de préférence dans leurs propres locaux. »

Vente aux enchères chez Radio France
Vente aux enchères chez Radio France - © Radio France

Le déclic est venu lorsqu’elle Elsa Joly-Malhomme a supervisé une douzaine de ventes du patrimoine de Radio France, pour un précédent cabinet. Matériel sonore, mobilier signé, disques très recherchés : ces séances très médiatisées ont engrangé d’imposantes recettes (308 000 € pour les seules ventes de vinyles) et constitué un événement fort pour la communication de l’institution, notamment auprès du grand public.

  • « Nous les avons organisées chez Radio France et cela a attiré beaucoup de curieux, en plus de notre carnet d’adresses habituel, indique Joly-Malhomme. Une institution comme Radio France a un patrimoine inestimable, avec des pièces réalisées dans le cadre de collaborations sur le long terme avec des artistes, ce qui est souvent le cas avec ce type de maison. Ils ont généralement plusieurs exemplaires de chaque lot, et n’en mettent qu’un seul en vente pour conserver une part de ce patrimoine. »

  • Vente aux enchères chez Radio France
    Vente aux enchères chez Radio France - © Christophe Abramowitz (Radio France)

    C’est à la suite de cette expérience qu’Elsa Joly-Malhomme s’est associée avec Ader, septième plus grosse maison française, pour mener plus loin l’expérience. Des transports jusqu'à la restauration, elle a mené notamment l’inventaire des caves du Palais de la Découverte. 

Dernière vente en date : le Palais de la Découverte

Les derniers trésors dénichés par Ader se sont vendus en ligne et par téléphone le 21 novembre dernier, et provenaient des réserves du Palais de la Découverte (Paris 8e). Cette séance dématérialisée s’est tenue entre autres sur DrouotLive et Interenchères Live, et elle a enregistré près de 1162 connections et 3 500 enchères toutes plateformes confondues. La vente s’est déroulée physiquement en « live confiné » dans les bureaux parisiens d’Ader, avec une animation visuelle thématisée sur fond vert.

Parmi les lots les plus spectaculaires se trouvaient une maquette de gorille, des tirages photographiques de la mission Apollo XI, une horloge Jaeger-LeCoultre et d’autres éléments de décoration. Les 212 740 € récoltés participeront au financement des nouveaux équipements du musée, rénové cette année, dont sa salle immersive.

  • Ceux qui n’ont pas des fonds dignes de ceux de Radio France peuvent aussi prétendre à une vente aux enchères. Ader s’intéresse notamment aux lieux culturels, « en particulier les cinémas, qui peuvent avoir du mobilier rare ou des machines d'époque à revendre, et les théâtres, dont les décors anciens peuvent intéresser », signale Elsa Joly-Malhomme.

  • Par delà les bénéfices financiers et événementiels qu’elle engrange, une telle opération s’inscrit aussi dans une démarche économique, ces biens étant souvent stockés dans des boxes loués, et écologique, en ce qu’elle lutte contre le gaspillage en offrant une seconde vie à ces objets parfois sur le point d'être jetés. 

Succès des enchères en ligne

D’après Elsa Joly-Malhomme, « cette année, 17 ventes ont lieu, la plupart en ligne, dont certaines en direct. Nous remarquons une appétence pour ces séances, elle est même exponentielle et nous surprend. Certains facteurs peuvent l’expliquer : bien sûr, les économies forcées de tous ceux qui n’ont pas subi de baisse d’activité. Le désir de soigner son intérieur joue également, dans une période où tout le monde est confiné. Enfin, les lots que nous proposons proviennent de fonds patrimoniaux qui ont un sens, une histoire, une provenance, des valeurs qui peuvent rassurer aujourd’hui. 

 » Une autre vente est en cours, ses lots proviennent du service des sports de Radio France. Son directeur Vincent Rodriguez a réuni des maillots de foot, de rugby ou des motos de reporters, et les recettes de leur vente reviendront à des associations gérant l’accueil des migrants dans les vallées de la Roya et de la Vésubie. »

Pour en savoir plus:

Transférer cet article à un(e) ami(e)