Juridique, rh

Musiques actuelles : The Artist’s Corner, la plateforme qui connecte musiciens et prestataires

Par Thomas Corlin | le | Organisations et réseaux professionnels

En ligne depuis le 1er juin dernier, la plateforme The Artist’s Corner facilite la mise en lien entre musiciens et prestataires de service, et encourage la professionnalisation des artistes. Le projet a été pensé avant la pandémie, mais a vu le jour dans le contexte difficile qu’elle a engendré, d’après Isadora Chappuis, cofondatrice.

Les artistes peuvent réserver des services auprès de prestataires, directement sur la plateforme. - © D.R.
Les artistes peuvent réserver des services auprès de prestataires, directement sur la plateforme. - © D.R.

Comment avez-vous identifié un manque de mise en lien dans le secteur des musiques actuelles ? 

Nous ne filtrons pas les artistes, n’importe qui peut s’inscrire, quelque soit son niveau de professionnalisation.

Margaux Chouraqui et moi avons travaillé dans le management d’artistes, sur des sorties d’album, et nous avons réalisé que beaucoup d’artistes se posaient des questions élémentaires sur leur professionnalisation, sans forcément savoir à qui s’adresser. De nombreux managements donnaient des heures de coaching à des artistes qu’ils ne suivaient pas normalement, pour les aider à s’orienter. La pandémie ayant libéré du temps, nous nous sommes alors engagées dans ce projet de plateformes réunissant toutes les compétences, avons fait appel à une agence pour la concevoir, et elle est opérationnelle depuis le 1er juin.

Comment se présente la plateforme et comment s’y inscrire ?

L’artiste rempli son profil avec son parcours, son expérience, son style musical, etc… Il peut via son compte envoyer une demande de réservation aux prestataires, soit en choisissant un tarif ou un package existant, ou en faisant une demande de devis.

Le prestataire peut accepter ou refuser la demande. S’il accepte la demande et que le client procède au paiement, la plateforme prend 10 % de commission sur le montant de la transaction, auxquels s’ajoutent 2 % de frais de notre prestataire de paiement Mangopay. Le client paye quant à lui 2 euros hors taxe de frais de service. 

Quel est le profil de vos premiers inscrits ? 

Pour l’instant, 3 000 personnes ont vu notre plateforme, 200 personnes se sont inscrites. La majorité sont des prestataires, avec un tiers d’artistes. Côté artistes, la musique urbaine domine, vient ensuite le pop-rock. Nous ne filtrons pas les artistes, n’importe qui peut s’inscrire, quelque soit le niveau de professionnalisation. 

Beaucoup d’artistes ne savaient pas à qui s’adresser pour obtenir des services pro.

En revanche, nous filtrons les prestataires qui adhèrent : nous veillons à ce que leurs tarifs soient cohérents avec le marché, et vérifions qu’ils aient de l’expérience. Ensuite, ils filtrent à leur tour les profils d’artistes, en acceptant ou non leurs demandes de services. Pour l’instant, ce sont surtout des prestataires techniques qui s’inscrivent : des sociétés de production audiovisuelle, des ingénieurs du son, des studios d’enregistrement. Nous enregistrons bien sûr beaucoup de demandes de managers, ainsi que quelques avocats. Quelques journalistes se sont aussi inscrits afin de proposer des séances de coaching à l’adresse d’artistes s’apprêtant à faire eux-mêmes leurs envois promo. 

Concernant les tarifs, une heure de coaching tourne autour de 40 ou 60 euros. 

Comment financez-vous la plateforme et quel développement projetez-vous ? 

Le financement repose sur un mélange de fonds personnels et d’emprunts, nous démarchons actuellement des investisseurs pour nous soutenir. La première étape est de renouveler l’interface de la plateforme, puis de lancer l’application. Nous souhaitons ensuite lancer des événements type job-dating, et un tremplin d’artistes. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)