Juridique, rh

Think Culture au Centre Pompidou, pour repenser le rôle de l'État dans la culture

Par Thomas Corlin | le | Organisations et réseaux professionnels

Pour la deuxième fois, c’est au Centre Pompidou que le média d’information professionnelle News Tank Culture réunit acteurs du secteur et pouvoirs publics pour son événement annuel. Le 7 septembre, Think Culture propose, entre autres, de réfléchir à l’action de l'État dans la culture, tout au long de la crise actuelle mais aussi dans une perspective future.

Le Centre Pompidou (Paris 4<sup>e</sup>) accueille l'événement. - © Centre Pompidou
Le Centre Pompidou (Paris 4<sup>e</sup>) accueille l'événement. - © Centre Pompidou

En France particulièrement, la question de l’action de l'État dans la culture a toujours été cruciale. Elle se repose encore différemment dans le contexte de la crise sanitaire, où il a dû venir au secours d’un secteur parmi les plus frappés par la fermeture de la plupart des établissements recevant du public. Le média News Tank Culture prend cette problématique comme axe central de sa nouvelle journée de débats et rencontres au Centre Pompidou, Think Culture, qui se tient le 7 septembre 2021.

Selon Jacques Renard, directeur délégué de l'événement, les enjeux qui seront abordés tourneront autour du « rôle et des modalités d’intervention du ministère de la Culture dans le contexte de la réforme souhaitée de l'État comme des perspectives de décentralisation, sa fonction de régulation par rapport aux forces du marché (…), en raison du poids des Gafam et aussi du processus de concentration en cours, et de la capacité d’anticipation de l’administration culturelle face aux mutations des pratiques générées par le numérique. » 

Un débat sera entièrement consacré au bilan de l’action de l'État face à la crise sanitaire et ses conséquences, mais d’autres sujets seront également couverts : la protection des artistes et des professionnels, la parité entre femmes et hommes, l'écologie… La crise sera bien évidemment la toile de fond de tous ces débats, mais dans la perspective de nouvelles pistes qui se présenteront au secteur une fois qu’elle se sera enfin achevée. Il s’agit, toujours selon Jacques Renard, d’imaginer comment les perturbations majeures que nous traversons affecteront « les pratiques en matière de création, de diffusion, de rapport au public et d’usage des nouvelles technologies. »

L’an dernier à la même période, l'événement avait réuni 1 200 personnes, dont la moitié en ligne. L’inscription à l'édition 2021 se fait en suivant ce lien.

Transférer cet article à un(e) ami(e)