Juridique, rh

Intermittence : les points de vigilance de la CGT pour la reprise

Par Thomas Corlin | le | Rh, formation, intermittence

Application du pass sanitaire, sortie d’année blanche, re-calcul de l’intermittence : Philippe Gautier de la SNAM-CGT fait le point sur les enjeux de la reprise et les revendications du syndicat.

Les musiques actuelles ont davantage souffert de la crise que d’autres courants musicaux. - © D.R.
Les musiques actuelles ont davantage souffert de la crise que d’autres courants musicaux. - © D.R.

Suite au rapport Gauron qui donnait plusieurs pistes pour la sortie de l’année blanche, le gouvernement a prolongé le dispositif de quatre mois, jusqu’au 31 décembre 2021, sous une batterie de conditions. Comment les interprétez-vous ?

Le gouvernement a annoncé vouloir récupérer toutes les situations problématiques, et c’est en partie le cas, mais il demeure de nombreuses inégalités à cause des exceptions que comportent ces mesures. Nous aurions souhaité un seul et même dispositif global applicable à tous les cas, et non des filets de sécurité sous conditions, presque au cas par cas. En fin de compte, il y aura des pertes, et des gens seront en danger. Il faut aussi noter que ces mesures sont particulièrement complexes à déchiffrer. Nous avons d’ailleurs édité un schéma pour comprendre tous les cas de figure et les exceptions qu’il comporte.

Il y aura des pertes, et des gens seront en danger.

Le premier problème est que cette rallonge de quatre mois permet une sortie de crise confortable à condition d’avoir déjà passé un été riche en dates, ce qui n’est pas du tout le cas pour certains segments du secteur musical. Si le classique a par exemple pu reprendre aisément cet été, ce n’est pas le cas de toutes les musiques qui se vivent « debout », comme les musiques actuelles, et qui n’ont connu qu’une activité extrêmement parcellaire cet été. À cela s’ajoute l’inégalité selon qu’il s’agisse d’une scène très subventionnée ou non. 

L’intermittence se calcule en partie sur la masse des heures effectuées sur une période donnée, et pour la plupart les périodes travaillées ont été nettement moins denses que d’habitude. Il se pourrait donc que les taux chutent l’an prochain, et avec eux les allocations chômage qui en dépendent. Ce problème n’est pris en compte que sous certaines conditions.

D’après les retours de vos adhérents, l’automne marquera-t-il la reprise ? 

Si l'été a été bien plus mitigé que ce qui a été espéré, et toujours incomparable avec ceux d’avant la crise, l’automne semble marquer un vrai retour à une activité normale : les tournées se montent, les salles programment, les festivals aussi. Si cela ce confirme, le dispositif d’aide tel qu’il est aujourd’hui devrait suffire pour une partie des intermittents, et c’est le pari du gouvernement : une retour à la normale d’ici la fin de l’année. Nous espérons en avoir une vue détaillée et complète assez rapidement, notamment grâce à l’outil d’analyse de données que met sur place Audiens, le Datalab

Comment s’applique le pass sanitaire dans les équipes de lieux culturels ? 

La réglementation est ce qu’elle est, nous ne la commentons pas, et la SNAM-CGT est en faveur de la vaccination. Cependant, nous relevons des abus sur son application, et tenons à rappeler, si besoin, que le pass sanitaire n’oblige pas à la vaccination, puisqu’il existe d’autres façons d’en obtenir un, notamment par des tests. Par ailleurs, les textes sont clairs : le pass n’est requis que lorsqu’il s’agit de lieux accueillant du public, et non s’il n’en accueille pas. Nous avons relevé plusieurs abus, des chantages à l’embauche, notamment pour partir en tournée. 

Enfin, une dernière incohérence perturbe le fonctionnement des conservatoires, selon qu’ils soient publics ou privés. Les conservatoires publics suivent la réglementation en vigueur pour les écoles, qui ne sont pas soumises au pass sanitaire, alors que les conservatoires de droit privé font exception d’après les décrets, semant ainsi une certaine confusion et encore d’autres inégalités de traitement. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)