Production

Festivals d'été : comment se passent les locations de gradins ?

Par Thomas Corlin | le | Matériel

Depuis l’autorisation des événements assis avec des jauges de 5 000 spectateurs annoncée le 18 février, plusieurs festivals en configuration debout envisagent une adaptation pour se maintenir en 2021. Prestataire spécialisé dans les tribunes modulaires pour l'événementiel, le sport et la culture, l’entreprise Alcor Équipements (Maine-et-Loire) témoigne d’un afflux de demandes, d’après Joachim Rideau, en charge des locations.

Une scène installée par Alcor à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) - © D.R.
Une scène installée par Alcor à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) - © D.R.

Avez-vous enregistré un surplus inédit de sollicitations de la part de festivals de musique depuis les annonces gouvernementales sur les événements assis cet été ?

Nous avions déjà des clients parmi les festivals, des événements qui se sont toujours tenus assis, mais nous avons connu un afflux sans précédent en provenance de ce secteur depuis février. Le compte est difficile à faire pour l’instant, mais il y en a eu au moins une cinquantaine de demandes de devis provenant d’organisations que nous ne connaissions pas, et qui travaillaient jusque là en configuration debout.

Pour la plupart, il s’agit d’une simple consultation, afin de déterminer si s'équiper en gradins peut rentrer dans leur business model déjà perturbé par la limitation de jauge et l’absence de recettes de bar et restauration. Parmi ces nouveaux clients potentiels, nous n’avons pas encore eu de retour concret, et personne n’a passé de commande. Nous n’avons encore relancé personne. 

Quels paramètres prendre en compte pour adapter son événement en « assis » et quelles sont les formules de gradinage à disposition ?

Il faut à la fois adapter la tribune à la dimension de la scène, à la visibilité des spectateurs, à l’espace disponible pour la positionner, et à la jauge escomptée. Dans les demandes de devis, certains veulent connaître le prix d’une tribune de 2 000 ou 3 000, dans l’idée de n’accueillir que 1 000 spectateurs en respectant les distanciations physiques. 

C’est aussi la question de l’allongement des événements qui se pose actuellement avec la réduction des jauges, mais cela a un prix, notamment en terme de location de gradins. 

Selon la prestation, l’habillage et la taille du produit choisi, une place de gradin peut coûter entre 15 et 20 euros.

Quelle est votre gamme de tarifs et comment se passe l’installation de ces gradins ? 

Selon la prestation, l’habillage et la taille du produit choisi, une place de gradin peut coûter entre 15 et 20 euros, un prix forfaitaire pour 1 à 7 jours consécutifs. Au-delà, il peut exister des frais d’immobilisation selon la durée supplémentaire. Nous avons la capacité de monter mille places par jour, ce qui nécessite une équipe de 10 personnes. Il faut également compter la vérification du matériel par un bureau de contrôle pour des questions de sécurité. Il nous faut aussi pouvoir anticiper sur le calendrier pour répartir nos effectifs et enchaîner les montages, ce qui est complexe dans cette situation où personne ne peut confirmer le maintien ou non de son édition 2021. 

Quelles sont les modalités d’indemnisation en cas d’annulation ? 

Un acompte est demandé lors de la commande, et nous le remboursons en cas d’annulation. Ce sont des conditions exceptionnelles que nous avons mises en place l’an dernier, et que nous comptons reconduire cette année. Nous affecterons des frais seulement si, par exemple, le camion est déjà en route pour l’installation. Cela permet à nos clients de passer commande en sécurité, et ainsi de nous donner de la visibilité. 

Comment votre structure s’est-elle organisée en conséquence de l’arrêt d’activité dans l'événementiel et la culture ? 

En plus de notre activité de location qui a quasiment connu une année blanche en 2020, nous avons la chance d’avoir un département vente, qui fait de l’export en Inde et en Afrique, et nous maintient à flot. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)