Publics

Accessibilité : les lunettes pour daltoniens du Centre Pompidou

Par Sylvain Chantal | Le | Médiation

Depuis le 12 décembre 2022, le Centre Pompidou (Paris 4e) propose à ses visiteurs d’emprunter gratuitement des lunettes « permettant aux personnes atteintes de daltonisme de distinguer un éventail plus large de couleurs et de bénéficier d’une meilleure perception des détails et de la profondeur », afin d’améliorer l’accessibilité à ses collections. Audrey George, chargée de développement au sein de l’institution, revient sur cette initiative pour l’instant unique en France.

« Manège des cochons » de Robert Delaunay - © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Bertrand Prévost/Dist. RMN-GP
« Manège des cochons » de Robert Delaunay - © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Bertrand Prévost/Dist. RMN-GP

« On estime à environ 4 % la population atteinte de daltonisme en France, soit 2,7 millions de personnes. En rapportant ce chiffre à la fréquentation du Centre Pompidou (plus de trois millions de visiteurs annuels), nous avons calculé que cela représentait 128 000 de nos visiteurs. Si nous communiquons sur ce chiffre, c’est surtout pour dire que le daltonisme est une déficience visuelle peu connue. Elle peut prendre différentes formes, d’assez légère jusqu’à très forte… » Audrey George, chargée de développement au Centre Pompidou, a été missionnée pour travailler sur ce thème, en binôme entre le service du développement et des ventes au public et le service de la médiation culturelle. Elle-même sujette au daltonisme, elle a testé les lunettes données par l’entreprise américaine EnChroma. « Lorsque cette société nous a contactés et proposé quelques échantillons, nous nous sommes dit que ce problème d’accessibilité n’était pas souvent traité dans les institutions culturelles. Nous avons donc jugé leur proposition intéressante et innovante. » Depuis le 12 décembre 2022, vingt paires de lunettes optiques pour daltoniens sont ainsi à la disposition du public, gratuitement, contre dépôt d’une pièce d’identité. 

Les lunettes fonctionnent pour à peu près 80 % des personnes

« Ce sont des lentilles brevetées, conçues avec des filtres optiques spéciaux, explique Audrey George. Nous disposons de trois sortes de paires de lunettes : une pour adultes, une pour enfants et une qu’on peut porter sur une paire de lunettes classique. La vision de chacun étant très différente, un temps d’adaptation est souvent nécessaire. Chez certains, cela peut très bien fonctionner immédiatement. D’autres ont besoin d’un peu plus de temps pour que le cerveau et la vision s’adaptent. Les lunettes fonctionnent pour à peu près 80 % des personnes. Nous, les daltoniens, nous voyons beaucoup moins de nuances de couleurs sur les œuvres d’art. Avec ces lunettes, on peut distinguer plus de teintes, plus de profondeur dans les tableaux et nous rapprocher de ce que les artistes voulaient nous montrer. »

COLOR BLIND VISION / NORMAL VISION - © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Bertrand Prévost/Dist. RMN-GP
COLOR BLIND VISION / NORMAL VISION - © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Bertrand Prévost/Dist. RMN-GP

Basée en Californie, EnChroma propose ses lunettes dans près de 200 institutions publiques, dont la Gallerie d’Italia (Italie), le Centraal Museum Utrecht (Pays-Bas) ou le Georgia O’Keeffe Museum (États-Unis). Le Centre Pompidou, seul musée français à offrir ce service, commence à recevoir les premiers témoignages d’utilisateurs. « Nous dresserons bien sûr un bilan des retours, mais je peux déjà dire que certains visiteurs sont très émus. Un monsieur nous a écrit qu’en découvrant des couleurs inconnues lors de sa visite, cela avait changé son regard sur les œuvres. »

Le Centre Pompidou, premier musée en France équipé de lunettes pour daltoniens

Pour communiquer sur cette initiative, le Centre Pompidou s’appuie sur les réseaux sociaux, notamment Linkedin. Dans son bâtiment, l’institution a également mis en place une signalétique avec le tableau « Manège des cochons » de Robert Delaunay, dédoublé en version daltonienne. Cette signalétique, qui indique que les lunettes sont à récupérer au vestiaire, propose aussi un QR code permettant de faire le test de daltonisme. « Ce test n’est pas très long et assez ludique. Tout le monde pourrait le faire. Parfois, les gens ne sont même pas au courant qu’ils souffrent d’un daltonisme léger… », conclut Audrey George.

Transférer cet article à un(e) ami(e)