Publics

Festival d’Aix-en-Provence : comment le pass sanitaire s’applique-t-il pour les deux grandes salles ?

Par Thomas Corlin | le | Sécurité, accueil

Programmé du 30 juin au 25 juillet, le Festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) se tient déjà prêt à appliquer les conditions du pass sanitaire dans sa procédure d’accueil du public. Une charte Covid-19 a été mise en place pour informer au mieux les spectateurs, d’après le secrétaire général du festival Jérôme Brunetière.

Le Grand Théâtre de Provence sera concerné par le pass sanitaire. - © D.R.
Le Grand Théâtre de Provence sera concerné par le pass sanitaire. - © D.R.

Quel sera le protocole sanitaire mis en place pour l'édition 2021 du Festival d’Art Lyrique ? 

Après réception des décrets encadrant les dispositifs sanitaires qui entreront en vigueur cet été, nous avons établi un protocole qui ne concernera que nos deux plus grandes salles, le Théâtre de l’Archevêché et le Grand Théâtre de Provence, puisque ces mesures ne concernent que les salles pouvant recevoir plus de 1 000 personnes. Le pass sanitaire ne sera pas appliqué dans les autres lieux du festival. Ce n’est donc pas un choix du festival, c’est simplement la règle. 

Dans les deux grandes salles du festival, les spectateurs devront présenter une preuve de vaccination datant de 2 à 4 semaines après injection finale selon le vaccin effectué, ou d’un test PCR ou anti-génique négatif de moins de 48 heures, ou d’un test RT-PCR ou anti-génique positif attestant du rétablissement de la Covid, datant d’au moins 15 jours et de moins de six mois. Ces preuves peuvent être soit téléchargées sur l’application TousAntiCovid, par SMS ou imprimées sur papier. 

Comment la situation a-t-elle affecté les réservations de cette édition ? 

Nous avions mis en place un système de réservation par catégorie mais sans numérotation. Depuis que nous disposons de davantage d'éléments sur les jauges autorisées, nous reprenons cette numérotation. Elle devrait être complétée d’ici le 15 juin. 

Ce n’est pas un choix du festival, c’est la règle. 

Traditionnellement, l’ouverture à la réservation, en février, déclenche de nombreuses ventes, puis la période suivante est plus calme, et les réservations reprennent avant le début de festival. Forcément, la période transitoire a été d’autant plus calme sous l’effet de l’incertitude engendrée par la troisième vague, mais la reprise n’en a été que plus intense. C’est peut-être également le signe que notre charte Covid-19 a rassuré le public. Nous faisons un gros travail d’information et de renseignement, auprès de spectateurs qui s’interrogent parfois sur la situation ou sur le protocole sanitaire. 

Des conditions particulières de remboursement ont également été prévues pour le remboursement des places, notamment pour les spectateurs étrangers qui auraient des difficultés à traverser les frontières cet été. Il n’y aura hélas pas de remboursement si les spectateurs munis d’un billet ne peuvent pas présenter les pièces requises. 

Quelle logistique avez-vous mise en place pour gérer ces nouvelles mesures ? 

Nous allons embaucher plus de personnel d’accueil, inévitablement. Nous avons également dû revoir nos procédures logistiques et l’accès à nos salles pour éviter les attroupements, et nous prévoyons de demander au public de se présenter plus tôt au spectacle. La situation n’a pas affecté que l’accueil au public, mais aussi notre travail en interne, notamment les répétitions des artistes, qui se sont faites selon un protocole strict en accord avec la Préfecture. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)