Juridique, rh

Audiens : « Nous incitons nos adhérents à reprendre leurs soins habituels »

Par Thomas Corlin | le | Rh, formation, intermittence

Réactif depuis le début de la pandémie, notamment via différents fonds d’urgence et des cellules de crise spécifiques, le groupe de santé de la culture et des médias Audiens interpelle ses adhérents sur la chute des consultations pour soins courants. Les résultats d’une récente campagne de bilans de santé signalent un relâchement inquiétant, d’après Caroline Rogard, directrice de la communication.

Le Pôle Bergère (Paris 9<sup>e</sup>) a été inauguré cette année. - © Erwan Floch
Le Pôle Bergère (Paris 9<sup>e</sup>) a été inauguré cette année. - © Erwan Floch

Comment les professionnels de santé d’Audiens ont-ils géré la crise sanitaire ?

Le Pôle santé Bergère a été inauguré il y a un an par le groupe Audiens, référent social des professionnels de la culture et des médias. Ce centre médical regroupe plus d’une soixantaine de spécialités médicales et dentaires, un centre d’imagerie (scanner, IRM, mammographie) et un service de bilans de prévention santé.

Dès le premier confinement, des télé-consultations avaient été mises en place, notamment lorsque nous avions suspendu les consultations en présentiel et proposé de mettre nos locaux à disposition de l'Agence Régionale de Santé. Mais celles-ci ne sauraient se substituer en toutes circonstances. Parfois, l’examen clinique est primordial, en particulier dans certaines spécialités comme la radiologie ou la cardiologie.

De nouveaux tests antigéniques oro-pharyngés sont proposés gratuitement à l’entrée du Pôle santé Bergère.

Ainsi, pour ce deuxième confinement, nous avons décidé de rester ouverts pour éviter un autre risque sanitaire encore plus grave : nous incitons très fortement les patients qui viennent au Pôle santé Bergère à retrouver leurs habitudes en matière de santé, et à recommencer à se soigner comme ils le faisaient avant la crise. Nous ne retrouvons pas encore un niveau normal de consultations alors qu’au contraire, il faut actuellement redoubler d’attention sur sa santé, faute de quoi des pathologies bénignes non détectées à temps pourraient s’avérer problématiques. En ce moment au Pôle Bergère, nous effectuons chaque jour 50 consultations en radiologie, un peu plus dans les autres spécialités et une quarantaine de tests Covid. 

En effet, de nouveaux tests antigéniques oro-pharyngés sont proposés gratuitement (sous présentation de la carte Vitale) à l’entrée du Pôle santé Bergère, en complément des tests PCR naso-pharyngés et de tests sérologiques (détection de la présence d’anticorps).

Nous avons lancé une campagne d’information pour informer le public que, cette fois-ci et contrairement au premier confinement, nous sommes ouverts et que nos patients sont autorisés à se déplacer pour des rendez-vous médicaux. Nos espaces sont  sécurisés avec des normes sanitaires très strictes (prise de température, port d’un masque FFP2 fourni par nos soins, tests anti-géniques possible avec résultat en 15 min à l’entrée du centre, répartition des patients dans des salles d’attentes différentes. etc).

Quels dispositifs, hors dispositifs médicaux ont été mis en place du côté Audiens ?

Depuis mars 2020, nous avons mis en place de nombreux dispositifs pour les entreprises et particuliers des médias et de la culture très durement affectés par la crise, comme le fond Netflix à destination des salariés intermittents de l’audiovisuel ou encore le déblocage d’aides sociales exceptionnelles sur nos fonds sociaux. Le versement des congés  spectacles (70 M€) a été avancé d’un mois au bénéfice des artistes et techniciens intermittents.

Nous avons également travaillé avec le Pr Bricaire et le comité scientifique du Pôle santé Bergère pour étudier les conditions sanitaires de reprise de l’accueil du public dans les salles de spectacle.

Nous constatons un essoufflement lors de ce second confinement.

Pour ce deuxième confinement, nous avons mis en place, avec le ministère de la Culture, cinq aides exceptionnelles  dans le cadre du Fonds d’Urgence Spécifique de Solidarité pour les Artistes et Techniciens du Spectacle (FUSSAT) pour venir en aide à ceux qui ne seraient pas couverts par les autres dispositifs d’urgence proposés lors du premier confinement.

Nous avons également mis à la disposition de nos adhérents des cellules d'écoute, notamment psychologiques. Nous l’avions déjà fait dans d’autres situations dramatiques comme les attentats du 13 novembre 2015, nous l’avons à nouveau proposé pour les entreprises ayant enregistré des contaminations, ou tout simplement pour les travailleurs souffrant de l’isolement du télétravail. De même les aidants familiaux, particulièrement fragilisés depuis quelques mois, peuvent bénéficier d’une écoute dédiée à ces situations. Sur le premier confinement, les gens avaient encore de l'énergie, nous constatons un réel essoufflement sur celui-ci. 

Le nouveau Pôle Bergère d’Audiens.
Le nouveau Pôle Bergère d’Audiens. - © Erwan Floch

Les cotisations baissent avec la chute d’activité du domaine culturel. Comment Audiens fait-il face à cette situation ? 

Nous avons organisé un système d échéancier de paiement des cotisations pour les entreprises en difficulté sachant que nous sommes à 30 % de cotisations manquantes par rapport à l’année précédente pour la Caisse des congés spectacles et le régime intermittents d’Audiens santé Prévoyance 

Ce qui est sûr, c’est que l’ensemble de l’écosystème social de la culture, construit par les partenaires sociaux depuis de nombreuses années au travers de dispositifs totalement adaptés aux spécificités qui garantissent l’exception culturelle française, est ébranlé. Et toutes les organisations sociales du secteur sont concernées. 

Vous avez inauguré en septembre votre activité de bilans de prévention santé avec les nouveaux équipements au Pôle santé Bergère. Qu’ont révélé les résultats ? 

Le médecin coordinateur, le Dr Marc Lemaire, s’inquiète du risque sanitaire de sortie de crise : la chute des consultations courantes lors du premier confinement est visible dans les résultats des bilans de santé. Nous avons effectué 200 bilans très complets sur nos nouveaux équipements, certains ont été proposés à des intermittents du spectacle grâce aux fonds sociaux que nous gérons. Ces bilans de prévention-santé durent jusqu'à 3h30 selon les options choisies et sont donc très complets médicalement.

Les premières statistiques sur ces bilans montrent qu’en moyenne, une anomalie est détectée dans un bilan sur trois : une anomalie biologique, radiologique ou clinique nécessitant une prise en charge thérapeutique. Les patients évalués ne se sont majoritairement pas soignés depuis le début de la crise, ce que mettent en évidence les bilans de prévention santé, y compris chez les jeunes. 

Un bilan sur trois présente des pathologies inquiétantes.

21 % d’entre eux ont des troubles de la tension (HTA), 46 % présentent un « SCORE » problématique (assemblage de données cliniques et paracliniques, ndlr), 39 % ont un indice de masse corporelle pathologique, et 50 % des anomalies métaboliques.  Nous incitons les entreprises à proposer à leurs salariés d’effectuer des bilans de santé. Certes, la médecine préventive a un coût, mais celui-ci sera toujours moindre que celui de la médecine curative. Pour les salariés intermittents, des financements via les fonds sociaux sont encore proposés.

Nous allons également inaugurer des bilans de prévention santé dédiés aux femmes avec l’ouverture d’un pôle de gynécologie dans les prochaines semaines, qui traitera aussi bien des questions de fertilité que de prévention des différentes pathologies féminines (dépistage du cancer du sein, de l’utérus, risques cardiovasculaires…).

Selon le Dr Marc Lemaire, les résultats de ces premiers bilans de prévention-santé sont édifiants, et la prévention devrait être partie prenante du discours gouvernemental si nous voulons éviter une catastrophe sanitaire post-confinement. 

Audiens est également actif sur la question de la prévention du harcèlement et des violences sexistes et sexuelles. La situation s’est-elle aggravée ?

On observe, par ailleurs, une véritable libération de la parole sur les réseaux sociaux dans de nombreux secteurs culturels. La cellule est là aussi pour recueillir ces témoignages.

La cellule d'écoute psychologique et juridique pour les victimes de violences sexistes et sexuelles parmi les professionnels du spectacle est joignable au 01.87.20.30.90. Ce dispositif a été  mis en place avec le ministère de la Culture, la FESAC et les organisations de salariés depuis le mois de juin. Il est complété par une consultation médicale dédiée au Pôle santé Bergère avec un psychiatre spécialisé sur ces questions-là. Nous travaillons également activement avec le CNC qui propose des formations de référents harcèlement sur les tournages et le CNM pour mettre en place des actions de prévention dans le secteur de la musique, qui comme les autres secteurs culturels est propice à des situations d’emprise et de harcèlement.

Nous n’avons pas de statistiques précises pour l’instant. Certes le confinement réduit les risques de harcèlement dans le milieu professionnel mais il accentue les situations de violences domestiques. On observe, par ailleurs, une véritable libération de la parole sur les réseaux sociaux dans de nombreux secteurs culturels. La cellule est là aussi pour recueillir ces témoignages et accompagner les professionnels, victimes ou témoins. Nous incitons plus que jamais les entreprises à prendre leurs responsabilités sur ces questions et à bénéficier de nos services en termes de prévention de ces violences en milieu professionnel.

Transférer cet article à un(e) ami(e)